Le vrai - faux du bonus GES

« Je vais devoir changer toutes mes pratiques », « Ma ferme est trop loin de vos usines », « De toutes façons, je n’ai pas de stockage ».

Les idées reçues autour du bonus proposé par OleoZE sont nombreuses. Pour vous aider à y voir plus clair, Cindy, Malika du service clients/durabilité se sont prêtées au jeu des questions-réponses.

Vrai-faux du bonus GES sur OleoZE

« Je laboure, donc j'imagine que je n'ai pas droit au bonus. »

FAUX - Malika : « Labourer n’exclut pas d’accéder au bonus GES ! Sur OleoZE, il n’y a pas de pratiques agricoles rédhibitoires. Les itinéraires techniques sont analysés dans leur ensemble : un labour peut être compensé par l’apport de matière organique ou encore la mise en place de couverts végétaux. D’ailleurs, inversement, ce n’est pas parce qu’un agriculteur pratique le semis direct qu’il est forcément éligible au bonus ! » Pour estimer votre droit au bonus GES, cliquez ici

« Mon exploitation est loin de tout. Le coût de transport risque d’être élevé. »

VRAI Cindy : « La plateforme vous calcule le meilleur prix (graines et transport) en départ ferme sur les périodes disponibles. Bien sûr, plus le site d’expédition est éloigné de l’usine Saipol où le camion doit être livré, plus le coût de transport est important. Les frais logistiques en départ ferme sont déduits du prix de vente des graines à la tonne. »

« Ça fait quinze ans que mes pratiques vont dans le sens de la durabilité. J’ai forcément droit au bonus ! »

FAUX – Malika : « C'est tout à votre honneur d’avoir fourni ces efforts depuis si longtemps. Malheureusement, le cadre réglementaire ne nous permet pas de valoriser les pratiques datant d’avant 2008. Si vos itinéraires sont restés les mêmes depuis cette année de référence, alors vous n'êtes pas éligible au bonus. »

« Pour avoir accès au bonus, il faut revoir tout son itinéraire technique… »

FAUX – Malika : « Pas forcément ! Peut-être avez-vous déjà mis en place certaines bonnes pratiques depuis 2008 : intercultures, plan de fumure raisonné, etc. Si c’est le cas, elles peuvent être valorisées. Bien sûr, plus vous irez dans le sens de la durabilité en intégrant des pratiques qui stockent du carbone dans votre itinéraire, plus l’accès au bonus vous sera garanti. Mais vous êtes peut-être déjà éligible. Créez votre compte gratuitement et complétez votre profil jusqu’à la pratique agricole pour connaître le bonus réel auquel vous êtes éligible. »

« Je n’ai pas fait de colza l'année dernière. Je peux quand même vous vendre celui de cette année ? »

VRAI – Cindy : « D'ordinaire, nous prenons comme référence les données de la récolte précédente (R-1) pour calculer le bonus. Vous n’avez pas pu récolter l’année dernière ? Nous nous baserons sur R-2. Cela ne vous empêchera donc pas de nous vendre votre colza cette année. Vous pouvez aussi avoir vendu à un autre acheteur, ce n’est pas un problème : avec OleoZE, vous restez maître de votre commercialisation. Aucune obligation de commercialiser vos récoltes sur OleoZE ne vous sera non plus imposée par la suite. »

« Le jour où je vendrai mes graines, le bonus sera celui qui était indiqué quand j’ai créé mon compte »

VRAI et FAUX – Cindy : « Le bonus GES peut changer entre le moment où vous saisissez vos données sur notre site et la vente de votre récolte. Cela s’explique par les variations du marché des biocarburants et de possibles évolutions réglementaires. Seule la contractualisation de vos graines fixe définitivement la prime que vous allez percevoir, à la valeur du jour, la même ou pas que celle du jour où vous vous êtes enregistré. » Pour en savoir plus sur le bonus GES, cliquez ici

« Je n’ai pas de stockage, donc je ne peux pas vendre à OleoZE… »

FAUX – Cindy : « Sans stockage sur l’exploitation, la commercialisation en direct ferme n’est pas possible. Mais vous avez toujours la possibilité de valoriser vos graines durables par le biais de votre organisme collecteur qui rémunérera vos pratiques et les auditera. La seule condition est que celui-ci soit certifié en valeur réelle, par exemple 2BSVs. Dans ce cas, vous pourrez sans problème bénéficier de la démarche OleoZE. »

« Je n’ai pas le bonus maximum. Ça veut dire que je peux améliorer la durabilité de mon exploitation et toucher plus ? »

VRAI – Malika : « Oui ! Si vous n’atteignez pas le bonus GES maximum communiqué, c’est que vos pratiques peuvent encore être améliorées. Voici quelques conseils : mettez en place des rotations longues et complexes ; intégrez des intercultures ; optimisez vos apports d’engrais azotés ; privilégiez la fertilisation organique ou à défaut, l’ammonitrate, moins émetteur de gaz à effet de serre que la solution azotée ; diminuez l’intensité du travail du sol en passant au déchaumage simple ou au semis direct. Toutes ces techniques, inspirées de l’agriculture de conservation, vous aideront à accéder à un bonus encore plus rémunérateur. »

Notre équipe reste joignable sur le chat en bas à droite de votre écran, par mail à l’adresse contact@oleomarket.fr et par téléphone au 02.35.18.46.90

Autres actualités

  • Au sein du groupe Avril, OleoZE oeuvre pour Servir la Terre

    Agriculteurs, à vos côtés pour soutenir votre engagement

  • [Livre blanc] Refaire le stocke de carbone dans les sols agricoles... Et après ?

    [Livre blanc] #2 Refaire le stock de carbone dans les sols agricoles... Et après ?

  • [Livre blanc] Comment le sol stocke du carbone ?

    [Livre blanc] #1 Comment le sol stocke du carbone ?