Durabilité et concept de gaz à effet de serre (GES)

Au 28 novembre 2019 

Qu’est-ce que la durabilité ?

La durabilité des biocarburants est une exigence réglementaire décrite dans la directive Energies renouvelables (2009/28/CE) dite RED. Elle est garantie par l’émission d’une « auto-déclaration » valide côté agriculteur et par un audit de certification de durabilité côté opérateurs de collecte et de transformation. Ce système de certification vise à garantir que les exigences environnementales et sociétales sont respectées et permet de générer des données chiffrées de GES (Gaz à effet de Serre). Emis à chaque étape de la filière en commençant par la culture, les GES générés s’additionnent jusqu’au biocarburant final. Les valeurs NUTS2 peuvent répondre à cette exigence côté culture mais restent des données moyennées par région et donc non optimisées par rapport à certaines pratiques agricoles réelles beaucoup plus vertueuses.

Plus les économies de GES sont importantes en comparaison avec le carburant diesel fossil, plus le biocarburant qui en résulte est vertueux. Le minimum d’économies de GES requis pour un biocarburant est réglementairement fixé à 50%, mais la cible d’excellence se situe au-delà de 75% d’économies de GES.

Qu’est-ce que les GES ?

Les Gaz dits à Effet de Serre (GES) regroupent tous les gaz qui absorbent le rayonnement infrarouge émis par la planète et qui contribuent donc au réchauffement climatique. Ils réunissent aussi bien la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l’oxyde nitreux (N2O) ou l’ozone (O3).

Lors de la production de biodiesel, les GES sont comptabilités en prenant en compte, les émissions émises au cours de la production des graines. La somme des émissions, réalisée grâce à l’analyse du cycle de vie, permet d’obtenir l’émission totale de GES d’une culture.

Ils sont exprimés en gramme de CO2 équivalent par tonne de matière sèche (TMS).

Pourquoi calculer mes émissions de GES ?

Aujourd’hui, grâce à la plateforme Oleomarket et la solution OleoZE, l’agriculteur renseigne, pour une culture donnée, ses pratiques agricoles et permet à Saipol de calculer les émissions de gaz à effet de serre de sa culture.

Le calcul des émissions de GES tient compte de la consommation d’énergie (pétrole, électricité), de la quantité apportée d’intrants, de l’utilisation de pesticides et des pratiques agronomiques de l’exploitation.

En fonction du résultat du calcul des émissions de gaz à effet de serre, l’agriculteur peut être éligible à un bonus GES pour les graines qu’il commercialisera sur la plateforme. Cela veut dire que ces pratiques culturales permettent une réduction des  émissions de GES au-delà des valeurs par défaut (dites NUTS 2) établies sur une base d’itinéraires culturaux moyens pour chaque région administrative.

Comment améliorer mes résultats de GES ?

Les facteurs les plus importants sont les pratiques agronomiques et l’apport d’azote minéral.

Pour diminuer son émission de GES et donc améliorer son bonus, l’agriculteur peut faire évoluer ces facteurs en :

  • Changeant de type d’azote (utiliser de préférence de l’urée ou de l’ammonitrate plutôt que de la solution azotée) et surtout privilégier l’azote organique plutôt que minéral
  • Diminuant les passages et la profondeur de travail du sol
  • Augmentant les captations de carbone et d’azote dans le sol grâce à l’apport de matières organiques, à la mise en place d’intercultures, de couverts, de légumineuses ou de CIPAN

Retrouvez la FAQ d'OleoZE "Durabilité et le concept de gaz à effet de serre (GES)" au format PDF : oleomarket-oleoze-faq-concept-ges-28112019.pdf

Autres actualités

  • Sur OleoZE, les données déclarées par l'agriculteur sont auditables

    OleoZE : auditabilité des données déclarées par l'agriculteur

  • FAQ Feedmarket Livraison et réception de votre marchandise

    Livraison et réception de votre marchandise

  • FAQ Feedmarket Conseils en alimentation animale

    Conseils en alimentation animale